Skip links

Du deltaplane à la Coupe Icare 2023 et 2024

La 50e édition de la Coupe Icare était historique et, le deltaplane étant à l’origine de l’histoire de ce rassemblement unique au monde, se devait d’y être… Et pour la 51?

« Waou, c’est génial ! C’est bluffant ! Tu as l’impression d’y être et de voler vraiment la tête en avant » conclut Freddy (deltiste, base jumper et wingsuiter) après avoir essayé notre simulateur de deltaplane immersif. Nous venons de le concevoir spécifiquement pour la 50e anniversaire de la Coupe Icare.

Évidemment, les compliments de tout genre et l’étonnement des personnes qui l’ont essayé nous font chaud au cœur. Le temps de quelques jours, nous sommes vraiment fiers de ce projet.

Mais quelle est l’histoire de ce simulateur delta en réalité virtuelle ?

Revenons un an en arrière. Nous sommes six deltistes à réfléchir sur les animations delta à mettre en œuvre pour la 50e Coupe Icare. Hellouin prend alors le pilotage d’un des sujets phares : il se lance dans la conception d’un nouveau simulateur delta.

Il souhaite construire un simulateur réaliste branché sur un PC permettant de détecter la position du pilote par une simple webcam grâce à des diodes infrarouges épinglées sur le harnais. Il y passe des heures de travail dans les locaux du delta club d’Annecy et cherche à affiner la détection des capteurs posés sur le harnais et à synchroniser le déplacement du pilote sous le portique avec celui du pilote du jeu, que l’on voit à l’écran.

Flight X Simulator

Dans le simulateur d’Hellouin, les données en provenance de la webcam (modifiée pour capter les infrarouges) sont interprétées par le logiciel open source Opentrack, et utilisées ensuite par un autre plugin permettant d’émuler un joystick. L’ensemble du simulateur se comporte comme une manette joystick pour le jeu.

En revanche, moi, depuis le début du projet, je ne pense qu’à la solution VR (réalité virtuelle) ! J’ai déjà pu tester un casque de réalité virtuelle et je suis convaincue de l’intérêt gigantesque que cela peut apporter à la démonstration, voire à la pédagogie. Je supplie alors Hellouin de concevoir un simulateur qui pourra ensuite être adapté à un jeu VR. Lui, il n’y croit pas trop, il veut un jeu simple, facilement transportable et peu onéreux !

Je ne lâche pas l’affaire… de plus, j’avais une vague idée du logiciel delta dont on avait besoin ! Bien avant qu’on prépare la Coupe Icare, j’avais lu des informations sur le logiciel bluffant (c’est bien le mot !) de Thomas Low, pilote californien, qui proposait une licence de jeu pour 65 dollars.

Le logiciel de Thomas Low, objectif : immersion et réalisme.

Il publiait quelques vidéos sur sa page Facebook que j’ai trouvées vraiment extraordinaires et surtout très très réalistes. Tom reproduit de vrais sites de vol libre en 3D ; son logiciel élargit le potentiel de la VR à la connaissance d’un site avant même d’y aller voler !

Son jeu permet tout un tas de réglages : on a le choix du site (bord de mer, montagne, Saint Hilaire du Touvet, etc.), on peut décider la direction et la force du vent du jour ; l’intensité des thermiques et le plaf… mais on peut aussi choisir entre une aile sans mât (plus difficile à piloter) ou une simple surface (plus facile), ou alors entre un full blue sky et un ciel balisé de petits cumulus… Dans les dernières versions « The Free Flight Experience », le jeu VR de Thomas Low, on peut aller sur une pente-école ou se faire remorquer par un ULM !

Tom étant un vrai passionné et compétiteur, il cherche la perfection et à amener son jeu à un niveau réalisme élevé. Dans son jeu, on trouve des thermiques de la même manière que dans la vraie vie : en fonction de la nature du sol, des caractéristiques du relief, de son orientation, etc.

Mieux encore, on peut rajouter des deltistes dans le jeu qui enroulent avec nous !

En découvrant le jeu brillantissime de Tom, j’étais convaincue que c’était ce dont nous avions besoin pour « moderniser » le simulateur delta classique qu’on connaissait tous (portique + capteur + écran devant le joueur… donc de la 2D peu immersive).

Le simulateur classique permet de commander le jeu en se déplaçant sous le portique, mais l’écran est peu immersif.

Et le hasard fait bien les choses !

Pour que le projet de simulateur prenne une nouvelle tournure, il a fallu que je croise le chemin de Dom au Bar-sur-Loup. Durant un weekend de vol dans le sud pour découvrir le site de Gourdon en delta, j’ai rencontré Dom et sa femme Martine. Ils m’ont invitée à dormir à la maison et j’ai compris que Dom était déjà connaisseur et utilisateur de jeux de réalité virtuelle. Dans sa chambre d’ami, il avait son super PC, son joystick et son casque VR qu’il n’a pas tardé à me faire essayer ! J’ai d’abord écrasé un ou deux avions dans sa maison avant de lui parler du fameux logiciel delta de Thomas Low, découvert quelques mois auparavant.

Il n’a pas fallu plus à Dom pour qu’il se montre archi-intéressé par le fameux logiciel. Comme Dom était déjà équipé côté informatique, la licence de 65 euros n’était pas un obstacle au test !

Dès les premiers essais, Dom et Martine deviennent de grands fans et, comme moi, sont enthousiastes à l’idée de travailler sur un nouveau simulateur delta plutôt révolutionnaire ! Disons-le !

Ensuite, les événements s’enchaînent tout seuls… On prend contact avec Tom en Californie, Dom et Tom échangent régulièrement, Tom est entièrement à notre service tout l’été afin d’adapter le jeu au mieux à nos besoins de démonstration ! Il est extrêmement efficace et réactif ! Je sais que, comme nous, lui aussi il a une chose en tête et au fond du cœur : partager sa passion pour le delta avec les autres !

Dom en septembre à Saint-Hilaire (l’écran n’est là que pour le public).

À notre demande, il modélise en 3D le site de Saint Hilaire de Touvet en moins de 24 h et rend possible le vol virtuel depuis le décollage sud et avec des détails incroyables !

Le projet nous embarque tellement ! C’est passionnant !

Après quelques chiffrages (choix du PC, choix du casque), le projet est validé au CND (Comité National Delta) où il reçoit un soutien unanime ! Une fois le go donné par le CND, Hellouin n’a plus d’autre choix que de nous suivre dans l’aventure VR ! 

En juin, Dom et Martine travaillent sur leur propre logiciel et matériel VR depuis chez eux dans le sud, Hellouin met au point le portique fixe avec Alain. En juillet, on se retrouve tous les trois à Ager pendant les championnats de France de delta où on passe enfin commande !

Courant août, Dom et Hellouin travaillent énormément, toujours à distance, jusqu’à la coupe des clubs delta, fin août, puis le mercredi de la Coupe Icare, la veille de notre véritable installation, où nous nous sommes enfin tous réunis : Dom, Hellouin, moi et d’autres animateurs bénévoles (Alex et Sean) pour se former au logiciel et à l’animation qui est encore tout un art !

Pas simple ! Car le logiciel n’est pas conçu à l’origine pour des fins démonstratives mais bien pour des joueurs pilotes de delta qui savent piloter et qui ont des connaissances en matière de jeu VR. Il ne prévoit pas l’animateur ni le public novice !

Alors bravo à tous ceux qui ont travaillé sur le simulateur en amont ou pendant la Coupe Icare, car vous avez relevé le défi et mené le projet à sa réussite !

Depuis, le simulateur a encore élargi son domaine d’application. Le club-école d’Annecy vient d’acquérir son propre simulateur et travaille avec Dom sur son adaptation à des fins pédagogiques !! Mais ce sujet passionnant pourra être développé davantage dans un autre article, car le simulateur VR n’était pas la seule animation delta proposée à la 50eCoupe Icare !

Le deltaplane bien représenté pour cette 50e

Pour nous deltistes, la semaine de la Coupe Icare a débuté dès le lundi 18 septembre ! Grâce au programme concocté par Baptiste, il y avait de quoi remplir les journées malgré la météo hésitante : ateliers théoriques (centrage, réglages, débriefing de vols, tuto cross à Annecy, tuto cross à Laragne) et ateliers pratiques (révision d’aile avec Xavier Vergès), « vol polaire » pour déterminer la courbe polaire de son aile, découverte des sites autour de Saint-Hilaire, de quoi faire venir des deltistes un peu avant le weekend !

Du côté du « salon d’Icare », à l’arrière des deux grands chapiteaux des exposants (derrière le stand Ellipse), un petit chapiteau de 5 x 5 m a permis d’installer un stand deltaplane pour accueillir le fameux simulateur delta et le public de tout âge.

Non seulement les personnes (plus d’une centaine) qui l’ont essayé ont toutes adoré les sensations VR, mais les deltistes qui se sont prêtés au jeu s’accordent à dire que c’est très très prenant et vraiment proche de la réalité. Le succès était tellement grand que le dimanche matin à 10 h, nous n’avions déjà plus de créneaux disponibles pour la journée, tout avait été réservé ! Merci Martine pour la gestion des files !

Plus d’une centaine de personnes ont pu tester ce simulateur révolutionnaire.

Grand public, deltistes, wingsuiters, tout le monde est unanime sur l’expérience bluffante du simulateur VR.

Les ateliers découverte ont été tout autant appréciés !

Notre plat’école (on ne pouvait pas vraiment dire qu’il s’agissait d’une pente !) se trouvait en bas de la pente du concours de finesse, côté nord, dans la cuvette herbeuse. La pente voisine était trop forte pour faire une véritable pente-école. Grâce à une météo idéale, nous avons réussi à initier plus d’une centaine de personnes, en leur faisant faire une « course pilotée » sur du faux plat : prise en mains, gestuelle de la mise en incidence, course accroché à l’aile… et premières sensations de portance ! Il y avait beaucoup de sourires sous les casques et déjà quelques prises de contact pour aller plus loin !

À la « plat’école », c’est également une centaine de personnes qui ont pu découvrir les sensations de portance du deltaplane.

Rien de tel que le réalité réelle : beaucoup de sourires sous les casques !

Le deltaplane de 1970 à aujourd’hui

Pendant toute la manifestation, la pente à proximité du stand accueillait une exposition d’ailes anciennes et modernes !

Le grand public a pu actualiser sa perception du deltaplane en comparant les ailes mythiques des années 70 et les dernières productions actuelles.

Le vol delta du dimanche

Annulé le samedi pour cause de vent arrière, le défilé en vol d’une vingtaine de pilotes delta a bien eu lieu dimanche après-midi, depuis le décollage sud. Non seulement les conditions ont permis de faire le show pendant plus d’une heure, mais le public du déco sud a fait connaissance avec deltaplanus diabolicus !

Fichier : Delta, article 4, illustration 06.jpg. Auteur : Nicolas Vigneron. Légende : David Grégoire et une vingtaine d’autres pilotes ont montré les qualités de vol et de glisse du deltaplane.

Deltaplanus Diabolicus (alias Stéphane) a embrasé le public du déco sud (et pas que !)

Dimanche, 15 h, delta time !

Ce projet d’animation a réuni environ une quarantaine de bénévoles deltistes venus de toute la France ! Il est maintenant clair que cette mobilisation a un réel impact sur l’image que nous donnons de notre discipline au grand-public, la Coupe Icare est une vitrine extraordinaire. Cette présence historique à la 50e a finalement reposé sur une bande de deltistes convaincus de la nécessité de se montrer. Si nous sommes rejoints par d’autres pilotes, qui viennent avec leurs idées et leur motivation, nous pouvons en faire encore plus à la 51e Coupe Icare.

Bientôt le programme des activités delta (pour les pilotes comme pour le grand public) donc rendez-vous sur le plateau des petites roches du 18 au 22 septembre 2024, pour voir notre nouveau chapiteau FFVL dédié au deltaplane, avec son simulateur et plein d’autres surprises pour les deltistes !

Nóra Peter

Site De La Coupe Icare)